ZONE CRITIQUE

Recherche et création

Direction artistique ~ Frédérique Aït Touati

mur d'images

BACK TO EARTH

IN PROGRESS, PERFORMING

Une pièce de Bruno Latour Conception et mise en scène Frédérique Aït-Touati Scénographie Patrick Laffont DeLojo et Frédérique Aït-Touati Vidéo Patrick Laffont DeLojo

« Galilée et Lovelock, ce sont les frères jumeaux de la terre qui tremble. »

Californie, 1965. C’est l’époque du « Whole Earth Catalogue » et de la conquête de l’espace. Buckminster Fuller compare la Terre à un vaisseau spatial. Alors même que l’Amérique déploie son programme spatial, un scientifique anglais excentrique, James Lovelock, prétend avoir prouvé que seule la Terre abrite la vie. C’est la naissance de l’hypothèse Gaïa, qui contredit la vision galiléenne d’un univers empli d’autres terres semblables à la nôtre. La science des années 60, c’est un peu l’esthétique des fictions baroques du temps de Galilée : un déploiement de techniques et d’effets spéciaux ; un rêve de lointains, de conquêtes et d’espaces illimités. Nous habitons les ruines de ces grands spectacles. Les nuages en cartons peints des spectacles à machines sont à terre, les vaisseaux spatiaux des premiers Star Wars ont rouillé : nous errons dans le bric-à-brac de l’ancien espace.

Où atterrir ? Sur quelle planète vivons-nous ? Telles sont les questions que pose le philosophe Bruno Latour dans son dernier livre, et dans cette nouvelle conférence-spectacle.

Photo : Noémie Goudal

Galilée nous a appris que la Terre est en mouvement. Les chercheurs James Lovelock et Lynn Margulis découvrent une Terre « en mouvement », dans un autre sens : ils décrivent une Terre où l’espace et le temps sont les produits des actions des vivants. Ils nous forcent à changer notre vision du monde et notre compréhension du cosmos. Comment se fait-il que l’importance de cette deuxième révolution ne soit pas perçue? En faisant le parallèle entre Galilée et Lovelock, entre la révolution astronomique du XVIIe siècle et l’Anthropocène, la pièce raconte l’histoire d’une découverte qui change tout, et à laquelle on reste pourtant indifférent. Le lien entre un nouvel ordre cosmologique et l’ordre social est le sujet de La vie de Galilée de Brecht. C’est aussi notre préoccupation. La performance teste cette hypothèse : nous vivons actuellement une transformation cosmologique aussi radicale et profonde que celle de l’époque de Galilée.

La scénographie s’inspire des théâtres anatomiques de la Renaissance : le public entoure et surplombe la scène, sur laquelle sont projetées les images construites et disséquées en direct par le ou les performeurs. Dans ce dispositif scénique – un laboratoire de représentations – les interprètes font une série d’expériences.

Dossier de presse / Press file


Texte : Bruno Latour Mise en scène : Frédérique Aït-Touati Scénographie : Patrick Laffont-DeLojo, Frédérique Aït-Touati
Création vidéo et lumières: Patrick Laffont-DeLojo Création cartographique : SOC (Société d’Objets Cartographiques) Assistant : Sean Hardy Production : Zone Critique Co-production (en cours) : Centre Pompidou, ZKM (Karlsruhe), Théâtre de l’Hexagone, Kaaitheater (Bruxelles) Résidences (en cours) : Studio-théâtre de Vitry-sur-Seine, TJP-CDN de Strasbourg, Théâtre de l’Echangeur, Les Bernardins Création : 2019 pour la conférence-performance, 2020 pour la pièce Tournée (en cours) : Centre Pompidou, Uppsala, Varsovie, Le Caire, Les Bernardins, Théâtre de l’Hexagone, ZKM Contacts : Direction artistique : Frédérique Aït-Touati / f.aittouati@gmail.com Chargée de production et de diffusion : Elise Blaché / production@zonecritique.org Administration : Emilie Lucas / admi.praxi@gmail.com Remerciements : Olivier Cadiot, Romain Bigé, Andrew Todd